nantes odessa velo

nantes odessa  velo

la roumanie

lundi 20 juin    (suite)

 

Entrée en Roumanie par le poste de Douane a l'extremite Nord du barrage qui est commun avec la Serbie

nous voici revenu dans l'union européenne et le drapeau étoilé flotte de concert avec le drapeau roumain (bleu, jaune rouge). Ce sera le cas sur tous les bâtiments officiels ou prives de roumanie

Notre passage à la frontiere etonné les agents des frontieres qui ne comprennent pas pourquoi nous avons fait tant de kilometres en vélo alors que c'est si simple en voiture. Nous attendons ensuite quelques minutes la verification douaniere avant de franchir les barrieres. Lorsque la douanière nous voit, elle nous fait signe de passer sans même nous controler;

 

Il etait temps car je suis pris de coliques et il me faut trouver un endroit discret.

Rapidement, je trouve un terrain vague dans une zone industrielle où je neutralise un chien menaçant avec mon super repousse-chien électronique. 

 

Le vent nous pousse rapidement à Drobreta-Turnu-Severine où je releve que l'office de tourisme se trouve dans l'hotel Continental. Il est 16 heures, trop tôt pour prendre une chambre d'hotel.

L'une des personnes de la reception m'indique que le bureau de l'office de tourisme est ferme mais que nous pouvons trouver une chambre d'hotel à Vanju Mare situé 25 kms plus loin.

 

Cette localite étant hors le trajet indique sur le Donau-Radweg4, c'est  l'occasion d'acheter une carte routiere generale de la Roumanie pour pouvoir se situer. Il fait bon et le vent est favorable, nous decidons de poursuivre vers cette destination apres être allé voir les piles du pont que Trajan avait realisé pour traverser le Danube voila plus de 1500 ans.

La route longe toujours le Danube puis c'est une grande côte pour monter la berge de la vallée avec un superbe point de vue au sommet.

L'avantage des montées, c'est qu'apres il y a des descentes et ici c'est encore le cas sur 5kms avec le vent dans le dos, super ! sauf que les 25 kms sont maintenant largement depassés.

Nous arrivons enfin a Vanju Mare (32 kms). l'hotel annonce n'etant pas sur la rue principale, je demande dans une sorte de garage pour pneumatique où il se trouve. Personne, ne semble savoir où se trouve l'hotel. Nous rentrons dans les rues avoisinantes sans plus de succes. J'interroge en anglais une dame pour savoir s'il y a d'autres possibilites d'hebergement mais elle me repond en roumain qu'il n'y a rien dans ce que l'on peut appeler un trou perdu genre Saint Potan. Sachant que quelque fois, on peut avoir des chambres dans les monastères, je me dirige vers l'eglise locale mais rien alentour sinon un bâtiment en police en renovation. Elisabeth est enervee de la situation et jure qu'elle ne fera pas le chemin inverse pour retourner à Dobreta Turnu Severine avec la grande cote de 5km et le vent en face.  Je retourne pres des gens du garage de pneumatiques pour savoir s'il existe autre chose : l'alternative est simple soit on continue vers Cetate 45 klms plus loin mais nous avons dejà 113 kms au compteur, soit il faut faire demi tour alor qu'il est dejà 17 h 30. En realite 18 h 30 car la Roumanie a une heure de plus que notre heure d'été. Que faire : Elisabeth propose de squatter les bâtiments de la police en renovation avec nos couvertures de survie pour se proteger du froid de la nuit.

C'est alors qu'une camionette s'arrete pour faire verifier la pression de ses pneus. Je demande au chauffeur s'il peut nous ramener à Dobreta. Pas de problèmes, les velos sont vite chargés dans la remorque sur les sacs de cereales qu'il transporte et nous voila dans la cabine faisant demi tour avec grand soulagement. La conduite roumaine nous fait neanmoins peur car les depassements sont hasardeux et la vitesse nous parait excessive pour nous qui ne sommes plus montes en voiture depuis 2 mois. Enfin, il faut prendre des risques pour ne pas dormir à la belle étoile.

Nous voici revenus où nous etions 4 heures auparavant, tres contents de trouver une chambre confortable

 

total  :  118 kms

duree : 6 h 35

la monnaie : un lie ou ron = 0,24 euro

 

Je suis très faché et pret à jeter l'éponge. Demain nous irons à Bucarest pour renter directement.

 

mardi 21 juin

Une bonne nuit nous a remotivé et nous partons de bonne heure apres un solide petit dejeuner. Pour la deuxieme fois, nous passons à Vanju Mare et constatons que le fameux hotel est devenu une maison d'habitation. La route n'est pas trop difficile ensuite vers Calafat mais peu de ravitaillement dans les villages traversés : comme il fait chaud nous trouvons néanmoins suffisamment d'eau fraiche. En chemin nous croisons deux jeunes filles suisses qui reviennent d'Istambul après être descendues par la cote adriatique, la grece puis remontées par la macedoine et la bulgarie. C'est beau la jeunesse !

Pas grand chose à voir sur ce trajet hormis les villages qui se ressemblent tous.

Deuxième attaque de chiens sortis d'un bois et une nouvelle fois le repousse chien s'avere efficace.

Nous rejoignons la route Craiova-Calafat. Il est 14 heures et nous reperons un resto sympa.

Compte tenu de la chaleur, nous avions décidés de ne plus faire de pique nique car les aliments ne peuvent se conserver. Repas traditonnel roumain et le patron nous indique qu'il y a un hotel confortable a Calafat : l'amphitheatro.

Nous y sommes vers 16 heures. C'est un etablissement tout neuf avec piscine.

Nous ne pouvons resister au plaisir de nous baigner car nous n'avons rien trouve de tel depuis Decize.

Nous pensons arriver à Constanta Dimanche ou Lundi et demandons à Michel RAULT qui nous a communiqué l'adresse d'amis à Constanta s'il peut les contacter pour organiser notre retour par bus avec la Cie Atlassib ou par le train.

 

total du jour : 101 kms

5 h 15

 

mercredi 22 juin

Calafat Bechet

comme tous les jours, lever de bonne heure (6h1/6 h locale c'est à dire 5h1/2 heure française) car il fait beau et le matin est le meilleur moment pour pedaler (pas trop chaud).

La sortie de la ville se fait aisement toujours dans un environnement industriel a l'abandon. Direction plein est. Nous sommes badigeonnes de creme solaire.

Au loin au Sud,  nous apercevons la ligne sombre des Balkans côté bulgare et devinons les traces du Danube au pied de ce relief. Malheureusement, une legere brume de chaleur persistante voile le paysage.

Au bout d'un moment nous rejoignons un autre cyclo. Il s'agit d'un hollandais d'un certain âge lui aussi qui est parti de Passau vers Istanbul. Sa femme l'a accompagné jusqu'à Budapest mais n'a pas la vocation de routière semble t il. Lourdement chargé, il avance moins vite que nous et nous le laissons rapidement derriere nous. Au passage nous phographions un nid de cigognes : les petits ont bien grandis depuis l'Alsace.

La vallee du Danube est maintenant très large et nous roulons legèrement au dessus au niveau de la plaine (7  a  8 mètres) hors de portée des crues. Les villages se succèdent et se ressemblent tous avec leurs bordures de route cultivées et les bancs où les anciens nous regardent.  La temperature monte rapidement et vers 11 heures il doit faire entre 25 et 30°.

J'ai toujours très mal aux fesses. A ce propos, mon nom en roumain : Getro Malocu !

   

Deux agricultures se cotoient :  nous croisons les fameuses carioles roumaines pleines de foins d'une part et des semi-remorques qui transportent le ble battu dans des parcelles a perte de vue.  Certain paysan travaille leur maïs avec le cheval et la charrue a un soc suivie a pied et certaines fermes, objets de financement de l'Europe, ont un materiel et des bâtiments ultra moderne.

 

L'arrivée a Bechet se fait en traversant une foret dont la fraicheur nous fait un bien immense.

Il s'agit maintenant de trouver la pension Marius. Je demande dans un bureau de la Sté Générale qui nous envoie au port de Bechet, frontiere avec la Bulgarie mais point de pension Marius. Un douanier m'indique qu'il faut retourner au bourg, résultat 4kms de +.

En fait il s'agit d'une sorte de ferme auberge où la famille s'est lancée dans l'agro tourisme, tout cela étant très rudimentaire. Nous y retrouvons notre hollandais. Un allemand egalement retraite se joindra a nous pour le repas du soir et nous echangeons tous 4 nous aventures de cyclistes. Il part également pour Istambul par le bac d'Orjahovo en Bulgarie.

 

bilan du jour : 108 kms

Au cours de la journée nous avalerons 8 litres de boissons. A 15 h 35, il fait 40°.

duree en selle : 5 h 35

 

jeudi 23 juin 

Solide petit dejeuner direction Turgu Magurele. L'etape est plus courte, heureusement car il fait toujours aussi chaud.

Nous passons devant un grand monument celebrant la naissance de l'Etat Roumain : 1877

avec en face un beau paysage champetre. Pendant la pause, nous sommes rattrapés par notre hollandais.

Passage dans un village où une grande quantite de grosses maisons est en construction, on se demande pourquoi ! Sans doute des expatriés qui comme les mexicains de Barcelonette veulent montrer leur richesse. il fait très chaud et regulièrement nous nous arrêtons dans des petites boutiques pour acheter de l'eau fraiche.

Arrivee de bonne heure au seul hotel de la ville heureusement avec chambre climatisée.

Cela nous laisse une demi journée de repos. Visite du centre ville pour acheter des cartes postales mais point de boutique de ce gence.

Le soir, nous sommes les seuls clients du restaurant et le personnel semble en greve.

 

80 kms

4 h

 

 

 

 

 



04/07/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres