nantes odessa velo

nantes odessa  velo

la hongrie

dimanche 12 juin

je suis dans un cafe a Baja pres de la frontiere croate, pays dans lequel nous allons entrer demain

j en profite pour vous faire part des boire et deboires des aventuriers

Depuis la derniere mise a jour avant Budapest, nous avons roule

la premiere journee depart vers 8 h 30  le patron du gite qui etait italien nous avait fait un bon caf2 pour 8 heures. j avais prepare les sacoches la veille pour gagner du temps. Donc depart en forme apres une journee de repos. Toujours sans carte ce qui a particulierement le pouvoir d enerver Elisabeth

la ville la plus broche dont je complerais plus tard le nom est a 8 kms et nous decidons d y faire nos courses du midi. Il faut que je vous raconte comment se passent generalement les achats de nourriture

Nous tachons de reperer une grande surface et pendant au elisabeth gqrde les veloos, je fais les emplettes. De preference, j achete des trucs bizarres qu on ne voit pas chez nous. comme nous avons un petit sac isotherme, je prends habituellement une salade, de la charcuterie et des fruits. pour le pain, c est difficile car la baguette est inconnue et c est du pain qui ressemble a du pain de mie  beurq. ce jour la, nous nous sommes ravitaille dans la chaine Billa qui est implantee dans les grandes villes slovaques et hongroises

Celle ci est une ville de cure thermale semble t il reputee, surtout le cote hongois qui etait l ancienne capitale avant Budapest. Une enorme basilique domine le fleuve. Un grand projet d hotel semble en panne, le gros oeuvre construit puis stop

Direction Vistograd sous un ciel couvert. peu de difficulte de route, c est une ancienne nationale de desserte locale relativement tranquille

Vers 11 h le temps se gate au niveau de visegrad. Heureusement, un abri bus nous sert de refuge au plus fort de l orage. Nous repartons neanmoins sous la pluie jusqu a SZENTENDRE  -dire St Andre- ou nous sommes pour 12 h 30. Il faut pique niquer. la circulation est intense, nous sommes a 21 kms de Budapest. Je repaire a nouveau un abri bus delabre ou nous nous installons 5 mn apres nouveau deluge - ca c est les bons moments -

Mais j abrege . nous cherchons de point i mais celui indique est en cours de restauration

1/2 de recherche avant de le trouver. Nous prenons deux nuits d hotel au Mathias Rex car etant proche de Budapest nous y irons par le train sans les sacoches

L apres midi nous prenons le train pour la 1ere fois - C est un train de banlien wagon de 1970

brinqueballants

Decouverte de Budapest sous un ciel plus ensoleille - Beaux monuments

 

ca fait un peu desordre mais elisabeht m a pporte les papiers permettant de vous indiquer la suite du parcours depuis ma derniere mise a jour

 

Dimanche 5 juin

Bratislava  - Gyor en hongie  prononcer Raad

 92 kms   5 heures de velo

la journee se termine sous un orage 10 mn apres que nous soyons a l hotel

l atmosphere change : les belles pistes cyclables sont remplacees par d anciennes piste plus ou moins defoncees de sorte que nous preferons souvent prendre la route la plus proche

Nous sommes maintenant vraiment a l Est

lundi 6 juin

Gyor - Komaron  (hongrie) et passage de l autre cote du fleuve ou la ville jumelle s appelle Komarno (mon neveu)  á Muzla  (Slovaquie)

Nous roulons une bonne partie de l'apres midi sur les levees du Danube

Komarno a une forteresse du genre Vauban a l'abandon

Quant il nous faut trouver un logement, tres peu d'offre. A Muzla, Elisabeht en a marre et meme si je l'amuse la, elle ne rigole plus: Un premier hotel qui nous semblait bien en photo a l'entree du ville est ferme et a moitie abandonne: Je rentre dans un restaurant pour trouver de l aide et c est lui qui me trouve le fameux italien   (35 euros la nuit)

108 kms  5h 55

mardi 7 juin

Muzla  4eme jour de repos bien merite (les chiens ont aboye tte la 1ere nuit)

2eme nuit : enorme orage vers 3 h du matin pdt  1 h

mercredi 8 juin

muzla - Szentendre 

103 kms  5 h 30 

voir commentaires ci dessus

jeudi 9 juin

visite de Budapest - temps froid mais pas de pluie

nous avons seulement nos coupes vents sur nos maillots de cycliste et c est a peine suffisant

1/2 heures egalement pour trouver le point I dans l'avenue principale car je dois trouver une librairie pour acheter les cartes Huber pour la suite du voyage sinon elisabeht rentre a la maison !

Apres 3 librairies infructueuse, je me rabat sur le tome 4 du Donau-Radweg bien qu'il soit redige en allemand et d'un poids non negligeable ( enfin Elisabeth est rassuree)

On a repere la veille un panneau precisant qu'il faut acheter les billets le matin a partir de 8 h pour la visite du Parlement (700 pieces) qui a lieu tous les jours en Francais a 14 h. Etant venus par le train, nous nous presentons a 10 h 30 et un agent de faction nous indique que les billets sont en fait gratuit, qu'il faut faire la queue a partir de 8 heures au plus tard et que des 9 heures il n y a plus de billet.

Nos impressions sur Budapest :

Ville du XIXeme qui veut imiter Paris y compris dans ses ponts

Beaux immeubles style Hausmannien dont certain dans un etat de decrepitude avance

il semble que la crise immobiliere sevisse ici aussi

Pour les bains, mon mal de fesse ne me permet pas d'en profiter et Elisabeth ne veut pas y aller seule. Vraiment dommage car interessant

Une visite couplee de Vienne et Budapest parait possible car seulement 2 heures de train separe les 2 villes

Etonnant : bus amphibies pour visiter la ville  ( je vous mettrai les photos en rentrant)

avoir un velo pour visiter car les distances sont terribles a pied (surface de la ville 25 km2)

 vendredi 10 juin

Szentendre - Dunaujvaros

Depart le matin sur une emotion (avons cru avoir perdu nos papiers ! trop bien ranges)

la sortie de Budapest vers le Sud s'effectue a travers les quartiers de banlien dans un ambiance tres sovietique decadente pendant des kilometres. Bien qu'ayant la fameuse carte, je rate la voie de sortie et nous nous retrouvons en pleine zone industrielle avec sens interdit, voies rapides etc ...   j'en prends pour mon grade et mon GPS inside !

Enfin, nous retrouvons les panneaux de l'Eurovelo 6. Ca rassure mais le chemin nous fait passer dans des petits passages scabreux ou des chiens se montrent agressifs : je sors mon super Taser et les choses rentrent en ordre pour Elisabeth qui suit.

Eh oui, ce voyage n'est vraiment pas un log fleuve tranquille

A Rackeve, il est 16 heures, nous trouvons trop tot de prendre une chambre d'autant qu'il fait beau et decidons de poursuivre le chemin n'ayant fait que 50 kms

Mal nous en prend car pendant 50 nouveau kms pas un hebergement

Nous longeons des centaines de bungalows construits de bric et de broc le long du Danube et rencontrons une famille Rom sur sa cariole, le tout sur un chemin defonce.

J'ai repere une grande ville sur la carte : Dunaujvares qui peut etre rejointe par bac puisque situee sur l'autre rive du Danube. he bien, arrive a l'intersection y conduisant, la pancarte est barree et il n'existe plus. Il nous faut aller chercher un immense pont autoroutier plus loin (ca me rapelle so far aways) Arrivee a Dunaujvares, vent fort de face + cote, ca rale derriere !

l'entree dans cette ville est fantastique, totalement inhumaine : c 'est un gros conglomeras industriel avec fonderie vetuste qui fume de partout et qui pue, la chaleur est recuperee pour faire fonctionner une enorme cartonnerie qui aussi fume de partout bien qu'une partie soit plus moderne: le moral est proche de zero car nous sommes a plus de 100 kms, il est 7 h et qu'allons nous trouver ? il y a plein de semi remorques a l'arret avec leur chauffeur qui s'installent pour la nuit. Nous entrons dans la ville, neo stalinienne. Pas d'hotel en vue hormis une gros batiment cube de ciment des annees 60 tagues de partout

Pour finir nous trouvons une chambre dans la cite universitaire: confortable mais bruyante

le receptioniste (jeune de 30 ans) me demande d ou l on vient: Quand je lui indique que nous sommes partis de Nantes, il n a qu un mot : respect !

107 kms 6h 30

samedi 11

Sukosd pres Baja

107 kms - 6 h

je dois laisser l ordinateur

a +

 Cette journee avait bien commence, nous partions sous un pas trop mauvais temps avec le projet de faire etape a Kalocsa, capitale du paprika, dotee d une belle cathedrale. j avais repere sur mon telephone via wifi qu il y avait 4 hotel. Un samedi ce devait etre jouable.

Vent dans le dos, les 70 kms s etaient faits assez aisement et nous remettaient des efforts de la veille.

Nous entrons dans la ville vers 16 heures et allons pres de la cathedrale.   Tout a cote se trouve un hotel sympa mais complet pour cause de mariage. La receptionniste me renvoie sur un autre hotel plus central, arrive sur place, il est ferme. je vais un peu plus loin, l hotel est complet. le patron qui parle anglais me precise qu il ny a aucune chmbre de siponible sur le secteur. Tres complaisant, il appelle des collegues mais sans resultat, La ville suivante Baja est a 45 kms. Nous lui demandons s il est possible d avoir un taxi, il appelle mais la aussi fait choux blanc car aucun taxi ne peut prendre nos deux velos. Nous allons a la gare routiere. Un bus pour Baja est annonce pour 17 h 10 mais la aussiil ne peut prendre nos velos. En desespoir de cause nous prenons notre courage a deux pedales et en route pour 45 kms de plus. Dans chaque bourg ou village traverse nous surveillons les chambres a louer mais rien. Solution ultime la belle etoile dans nos couvertures de survie  (vous imaginez d ici la tete d elisqbeth !)  Mais il y a toujours un bon plan pour les voyageurs et a 37 kms je repere une pension. Nous pouvons etre 10 personnes dans ce qui nous est loue, tout cela tres vetuste mais nous avons un abri.

Remarque particuliere : de grands champs de culture de pavots !

restultat  107  kms   6 h

dimanche 12

apres ces deux jours difficiles, un repos bien merite s impose

nous rejoignons donc le matin Baja ou nous trouvons un hotel confortable.

Un petit tour pour ne pas perdre les jambes, sachant que le lundi sera une grosse journee jusqu a Osijek en croatie

29 kms

lundi 13

C est aujourd hui,  lever 6 h 15

Nous sommes effectivement partis a 8 h 20 sous un beau soleil et un temps degage comme nous n en avions pas eu depuis longtemps. Le parcours est sympatique alternant route peu passagere, levee roulable jusque Mohacs ou nous prenons le bac pour traverser le fleuve et aller vers Udvar poste frontiere que nous atteignons a 12 h 15. Le passage se fait tres simplement avec nos passeports. Nous voici en Croatie. Rappelez vous que ce pays a ete en guerre civile de 91 a 95 et nous voyons de nombreux monuments aux morts de cette epoque,

Au loin vers le Sud, nous apercevons les reliefs des Balkans

Direction Batina et ses collines couvertes de vignes   Ce sera la seule difficulte du trajet

Arrivee a 16 heures a Osijek ou nous passons une demi heure a trouver un hotel

Sur les facades des immeubles se remarquent toujours les traces des combats (impacts de balles et mortiers)

il fait tres chaud mais nous trouvons cet hotel tout neuf et tres confortable. je n ai pas encore bien compris le prix de la chambre mais nous voulions avoir un maxi de confort

 125 kms    6 h 30

 



12/06/2011
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres